"Je t’appele quand je trouve la trace de Chris!"

Je ne pourrai jamais prendre au sérieux les jeux traduits en français…

On dira ce qu’on voudra, le français, c’est bien beau, mais ce n’est vraiment pas crédible dans l’univers des jeux vidéos … for some reason.

M’a t’appeler quand j’vais trouver la trace de criss.

Il est tout à fait correct de se plaindre de la lenteur du service de transport. Le métro est en retard, donc on est en retard au travail, on perd 5-10 minutes de notre précieux temps rémunéré, on perd la face pour notre patron qui nous achète pour un service rendu qui le bénéficie beaucoup plus que nous-même; alors on se fâche. Okay.
Il est tout à fait acceptable de se plaindre que notre musicien préféré sort un nouveau disque qui n’est pas du même style que ses précédents; parce que quand on achète un nouveau disque, on veut ce à quoi on s’attend; on ne veut pas de découverte, pas de surprise; on ne veut surtout pas faire travailler notre cerveau pour comprendre un nouvel enchainement harmonique. Ben trop difficile.
Il est socialement acceptable de chialer sur un jeu vidéo qui ne satisfait pas nos attentes. Ah, tiens, le serveur de Diablo 3 ne fonctionne pas pendant 2 heures; on rempli alors le forum officiel de Blizzard avec des plaintes telles que “j’ai payé pour ce jeu là, je veux y jouer, espèce de compagnie de marde”. C’est aussi tout à fait correct d’organiser une manifestation contre EA parce que la fin de Mass Effect 3 n’est pas ce à quoi les fans s’attendaient. C’est beau, c’est bien.
La compagnie pour laquelle on travaille décide de reculer le début des quarts de travail, passant de 9AM à 7h30AM; on se plaint parce qu’il faut se lever tôt. C’est difficile, la vie.
Brad et Angelina se sont encore chicané. C’est triste.
Notre équipe de hockey n’a encore pas gagné la coupe stanley. Ah ben criss, c’est la fin du monde.
Y’a un embouteillage su’l pont. Barnak, une autre heure de ma vie perdue.
Y pleut dehors. Caliss, la vie va mal.
Tout ça, c’est bien beau. Tout ça, c’est normal.
Mais quand vient le temps de se lever pour le bien commun, de se battre pour la nation, de vouloir faire tomber les exploiteurs pour aider les exploités; quand vient le temps de se battre pour la culture d’un peuple en voie de disparition, quand on se bat pour l’image de la femme, pour l’éducation, pour une qualité de vie globalement meilleure…
On dérange.
Viens donc m’expliquer la logique à l’intérieur de ta petite tête. Viens donc me dire combien tes sacres incohérents sur l’état de la série de la ligue de hockey ou ben le temps que tu ne peux pas passer à jouer à Diablo serait plus important que le bien-être commun. Essaie donc de me convaincre que ton esti de gros derrière sale écrasé sur ses convictions imposées par un système capitaliste basé sur l’exploitation et le mensonge est plus malin que ceux qui se lèvent et essaient d’améliorer le monde dans lequel ils sont nés malgré eux…
C’est facile d’adhérer. “C’est comme ça, c’est comme ça. Kessé tu veux faire?”
Il est déplorable de voir jusqu’à quel point les gens peuvent aller jusqu’à se battre pour ceux qui les oppressent et contre ceux qui veulent les aider… et si on gagne, si les exploiteurs endimanchés tombent, même ceux qui se battaient en leurs noms vont en bénéficier.
Si j’étais premier ministre, j’augmenterais de 75% les taxes sur tous les produits de marketing de masse. Je serais curieux de voir les réactions; est-ce que les partisans du système se lèveraient à leur tour; à coup de 300,000 dans les rues? “Free TV! Free makeup! Free 4/4 beat music!”.
Eh oui, je sais; je suis fâché et j’en fâche. D’aimer la télévision, le makeup et le beat ne fait de personne une mauvaise personne. Mais ce sont des limites, de faux besoins, des dépendances exigées par un système oppressant… et c’est facile d’adhérer.

Il est tout à fait correct de se plaindre de la lenteur du service de transport. Le métro est en retard, donc on est en retard au travail, on perd 5-10 minutes de notre précieux temps rémunéré, on perd la face pour notre patron qui nous achète pour un service rendu qui le bénéficie beaucoup plus que nous-même; alors on se fâche. Okay.

Il est tout à fait acceptable de se plaindre que notre musicien préféré sort un nouveau disque qui n’est pas du même style que ses précédents; parce que quand on achète un nouveau disque, on veut ce à quoi on s’attend; on ne veut pas de découverte, pas de surprise; on ne veut surtout pas faire travailler notre cerveau pour comprendre un nouvel enchainement harmonique. Ben trop difficile.

Il est socialement acceptable de chialer sur un jeu vidéo qui ne satisfait pas nos attentes. Ah, tiens, le serveur de Diablo 3 ne fonctionne pas pendant 2 heures; on rempli alors le forum officiel de Blizzard avec des plaintes telles que “j’ai payé pour ce jeu là, je veux y jouer, espèce de compagnie de marde”. C’est aussi tout à fait correct d’organiser une manifestation contre EA parce que la fin de Mass Effect 3 n’est pas ce à quoi les fans s’attendaient. C’est beau, c’est bien.

La compagnie pour laquelle on travaille décide de reculer le début des quarts de travail, passant de 9AM à 7h30AM; on se plaint parce qu’il faut se lever tôt. C’est difficile, la vie.

Brad et Angelina se sont encore chicané. C’est triste.

Notre équipe de hockey n’a encore pas gagné la coupe stanley. Ah ben criss, c’est la fin du monde.

Y’a un embouteillage su’l pont. Barnak, une autre heure de ma vie perdue.

Y pleut dehors. Caliss, la vie va mal.

Tout ça, c’est bien beau. Tout ça, c’est normal.

Mais quand vient le temps de se lever pour le bien commun, de se battre pour la nation, de vouloir faire tomber les exploiteurs pour aider les exploités; quand vient le temps de se battre pour la culture d’un peuple en voie de disparition, quand on se bat pour l’image de la femme, pour l’éducation, pour une qualité de vie globalement meilleure…

On dérange.

Viens donc m’expliquer la logique à l’intérieur de ta petite tête. Viens donc me dire combien tes sacres incohérents sur l’état de la série de la ligue de hockey ou ben le temps que tu ne peux pas passer à jouer à Diablo serait plus important que le bien-être commun. Essaie donc de me convaincre que ton esti de gros derrière sale écrasé sur ses convictions imposées par un système capitaliste basé sur l’exploitation et le mensonge est plus malin que ceux qui se lèvent et essaient d’améliorer le monde dans lequel ils sont nés malgré eux…

C’est facile d’adhérer. “C’est comme ça, c’est comme ça. Kessé tu veux faire?”

Il est déplorable de voir jusqu’à quel point les gens peuvent aller jusqu’à se battre pour ceux qui les oppressent et contre ceux qui veulent les aider… et si on gagne, si les exploiteurs endimanchés tombent, même ceux qui se battaient en leurs noms vont en bénéficier.

Si j’étais premier ministre, j’augmenterais de 75% les taxes sur tous les produits de marketing de masse. Je serais curieux de voir les réactions; est-ce que les partisans du système se lèveraient à leur tour; à coup de 300,000 dans les rues? “Free TV! Free makeup! Free 4/4 beat music!”.

Eh oui, je sais; je suis fâché et j’en fâche. D’aimer la télévision, le makeup et le beat ne fait de personne une mauvaise personne. Mais ce sont des limites, de faux besoins, des dépendances exigées par un système oppressant… et c’est facile d’adhérer.

Même si en moi sommeille un écœurant d’la pire espèceAux dires adroits de certaines gens pour qui j’récite la messeLes psaumes, les commandements, les commentaires cinglantsLes choses qu’on pense tout bas mais qu’y faut pas dire publiquementParce que font vraies, parce que font malParce que défont nos plans
Même si en moi sommeille d’la pire espèce, un écœurantSelon certains pour qui j’parle trop souventTrop fort, pis trop clairementTrop fort pis trop longtempsM’as continuer jusqu’au jour ou j’verrai qu’on comprend Qu’en moi sommeille quelqu’un de bein différent
Un inconnu, un pas pareil était venuSans trop savoir, savoir quoi faire sans avoir suSu comment faire pour partager son bon-vouloirPartira-t-il le jour venu sans qu’on l’ait vu?
Vu toute l’amour que donner-nous il eut voulu
- Daniel Boucher, Un inconnu, dix mille matins, 1999(Latest music purchase) 

Même si en moi sommeille un écœurant d’la pire espèce
Aux dires adroits de certaines gens pour qui j’récite la messe
Les psaumes, les commandements, les commentaires cinglants
Les choses qu’on pense tout bas mais qu’y faut pas dire publiquement
Parce que font vraies, parce que font mal
Parce que défont nos plans

Même si en moi sommeille d’la pire espèce, un écœurant
Selon certains pour qui j’parle trop souvent
Trop fort, pis trop clairement
Trop fort pis trop longtemps
M’as continuer jusqu’au jour ou j’verrai qu’on comprend
Qu’en moi sommeille quelqu’un de bein différent

Un inconnu, un pas pareil était venu
Sans trop savoir, savoir quoi faire sans avoir su
Su comment faire pour partager son bon-vouloir
Partira-t-il le jour venu sans qu’on l’ait vu?

Vu toute l’amour que donner-nous il eut voulu

- Daniel Boucher, Un inconnu, dix mille matins, 1999
(Latest music purchase)