Il est tout à fait correct de se plaindre de la lenteur du service de transport. Le métro est en retard, donc on est en retard au travail, on perd 5-10 minutes de notre précieux temps rémunéré, on perd la face pour notre patron qui nous achète pour un service rendu qui le bénéficie beaucoup plus que nous-même; alors on se fâche. Okay.
Il est tout à fait acceptable de se plaindre que notre musicien préféré sort un nouveau disque qui n’est pas du même style que ses précédents; parce que quand on achète un nouveau disque, on veut ce à quoi on s’attend; on ne veut pas de découverte, pas de surprise; on ne veut surtout pas faire travailler notre cerveau pour comprendre un nouvel enchainement harmonique. Ben trop difficile.
Il est socialement acceptable de chialer sur un jeu vidéo qui ne satisfait pas nos attentes. Ah, tiens, le serveur de Diablo 3 ne fonctionne pas pendant 2 heures; on rempli alors le forum officiel de Blizzard avec des plaintes telles que “j’ai payé pour ce jeu là, je veux y jouer, espèce de compagnie de marde”. C’est aussi tout à fait correct d’organiser une manifestation contre EA parce que la fin de Mass Effect 3 n’est pas ce à quoi les fans s’attendaient. C’est beau, c’est bien.
La compagnie pour laquelle on travaille décide de reculer le début des quarts de travail, passant de 9AM à 7h30AM; on se plaint parce qu’il faut se lever tôt. C’est difficile, la vie.
Brad et Angelina se sont encore chicané. C’est triste.
Notre équipe de hockey n’a encore pas gagné la coupe stanley. Ah ben criss, c’est la fin du monde.
Y’a un embouteillage su’l pont. Barnak, une autre heure de ma vie perdue.
Y pleut dehors. Caliss, la vie va mal.
Tout ça, c’est bien beau. Tout ça, c’est normal.
Mais quand vient le temps de se lever pour le bien commun, de se battre pour la nation, de vouloir faire tomber les exploiteurs pour aider les exploités; quand vient le temps de se battre pour la culture d’un peuple en voie de disparition, quand on se bat pour l’image de la femme, pour l’éducation, pour une qualité de vie globalement meilleure…
On dérange.
Viens donc m’expliquer la logique à l’intérieur de ta petite tête. Viens donc me dire combien tes sacres incohérents sur l’état de la série de la ligue de hockey ou ben le temps que tu ne peux pas passer à jouer à Diablo serait plus important que le bien-être commun. Essaie donc de me convaincre que ton esti de gros derrière sale écrasé sur ses convictions imposées par un système capitaliste basé sur l’exploitation et le mensonge est plus malin que ceux qui se lèvent et essaient d’améliorer le monde dans lequel ils sont nés malgré eux…
C’est facile d’adhérer. “C’est comme ça, c’est comme ça. Kessé tu veux faire?”
Il est déplorable de voir jusqu’à quel point les gens peuvent aller jusqu’à se battre pour ceux qui les oppressent et contre ceux qui veulent les aider… et si on gagne, si les exploiteurs endimanchés tombent, même ceux qui se battaient en leurs noms vont en bénéficier.
Si j’étais premier ministre, j’augmenterais de 75% les taxes sur tous les produits de marketing de masse. Je serais curieux de voir les réactions; est-ce que les partisans du système se lèveraient à leur tour; à coup de 300,000 dans les rues? “Free TV! Free makeup! Free 4/4 beat music!”.
Eh oui, je sais; je suis fâché et j’en fâche. D’aimer la télévision, le makeup et le beat ne fait de personne une mauvaise personne. Mais ce sont des limites, de faux besoins, des dépendances exigées par un système oppressant… et c’est facile d’adhérer.

Il est tout à fait correct de se plaindre de la lenteur du service de transport. Le métro est en retard, donc on est en retard au travail, on perd 5-10 minutes de notre précieux temps rémunéré, on perd la face pour notre patron qui nous achète pour un service rendu qui le bénéficie beaucoup plus que nous-même; alors on se fâche. Okay.

Il est tout à fait acceptable de se plaindre que notre musicien préféré sort un nouveau disque qui n’est pas du même style que ses précédents; parce que quand on achète un nouveau disque, on veut ce à quoi on s’attend; on ne veut pas de découverte, pas de surprise; on ne veut surtout pas faire travailler notre cerveau pour comprendre un nouvel enchainement harmonique. Ben trop difficile.

Il est socialement acceptable de chialer sur un jeu vidéo qui ne satisfait pas nos attentes. Ah, tiens, le serveur de Diablo 3 ne fonctionne pas pendant 2 heures; on rempli alors le forum officiel de Blizzard avec des plaintes telles que “j’ai payé pour ce jeu là, je veux y jouer, espèce de compagnie de marde”. C’est aussi tout à fait correct d’organiser une manifestation contre EA parce que la fin de Mass Effect 3 n’est pas ce à quoi les fans s’attendaient. C’est beau, c’est bien.

La compagnie pour laquelle on travaille décide de reculer le début des quarts de travail, passant de 9AM à 7h30AM; on se plaint parce qu’il faut se lever tôt. C’est difficile, la vie.

Brad et Angelina se sont encore chicané. C’est triste.

Notre équipe de hockey n’a encore pas gagné la coupe stanley. Ah ben criss, c’est la fin du monde.

Y’a un embouteillage su’l pont. Barnak, une autre heure de ma vie perdue.

Y pleut dehors. Caliss, la vie va mal.

Tout ça, c’est bien beau. Tout ça, c’est normal.

Mais quand vient le temps de se lever pour le bien commun, de se battre pour la nation, de vouloir faire tomber les exploiteurs pour aider les exploités; quand vient le temps de se battre pour la culture d’un peuple en voie de disparition, quand on se bat pour l’image de la femme, pour l’éducation, pour une qualité de vie globalement meilleure…

On dérange.

Viens donc m’expliquer la logique à l’intérieur de ta petite tête. Viens donc me dire combien tes sacres incohérents sur l’état de la série de la ligue de hockey ou ben le temps que tu ne peux pas passer à jouer à Diablo serait plus important que le bien-être commun. Essaie donc de me convaincre que ton esti de gros derrière sale écrasé sur ses convictions imposées par un système capitaliste basé sur l’exploitation et le mensonge est plus malin que ceux qui se lèvent et essaient d’améliorer le monde dans lequel ils sont nés malgré eux…

C’est facile d’adhérer. “C’est comme ça, c’est comme ça. Kessé tu veux faire?”

Il est déplorable de voir jusqu’à quel point les gens peuvent aller jusqu’à se battre pour ceux qui les oppressent et contre ceux qui veulent les aider… et si on gagne, si les exploiteurs endimanchés tombent, même ceux qui se battaient en leurs noms vont en bénéficier.

Si j’étais premier ministre, j’augmenterais de 75% les taxes sur tous les produits de marketing de masse. Je serais curieux de voir les réactions; est-ce que les partisans du système se lèveraient à leur tour; à coup de 300,000 dans les rues? “Free TV! Free makeup! Free 4/4 beat music!”.

Eh oui, je sais; je suis fâché et j’en fâche. D’aimer la télévision, le makeup et le beat ne fait de personne une mauvaise personne. Mais ce sont des limites, de faux besoins, des dépendances exigées par un système oppressant… et c’est facile d’adhérer.

Juste un petit chialage rapide…

Il me semble que je me casse toujours la tête pour être cohérent et convaincant, pour sortir de bons points sensés lorsque j’argumente au sujet de la grève étudiante qui a lieu présentement au Québec… Voici à quoi ça ressemble:

Moi: Hausser les frais de scolarité, c’est réduire l’accessibilité aux étude, donc réduire le taux de participation scolaire, réduire le niveau d’éducation d’un peuple, le rendre plus susceptible à la manipulation, élargir l’écart entre les riches et les pauvres, ceux qui exploitent et ceux qui sont exploités…

Eux: Ouin mais les étudiants boivent de l’alcool et ont des ordinateurs.

Moi: Le gouvernement Charest utilise l’argent des taxes et impôts pour exploiter des ressources naturelles non-renouvelables, les vendre ailleurs, appauvrissant notre pays petit à petit, sans compter la pollution, la destruction graduelle de notre planète… (et pour faire des partys de bureau, avec des bonnes bouteilles qui valent je-ne-sais-combien…)

Eux: Ouin mais vous bloquez des ponts.

Moi: Le gouvernement Charest abuse de son pouvoir, utilise des moyens violents et extrêmes pour contrôler des manifestations qui, à la base, se veulent pacifique. Après 10 semaines de grève sans réaction, c’est normal qu’il y ait quelques débordements. Est-ce vraiment correct de traiter les manifestants avec une telle violence?

Eux: Ouin mais vous cassez des vitres.

Moi: Plusieurs solutions sensées ont été proposées par les associations étudiantes, et aucune n’a été entendue… pourquoi s’obstiner à vouloir demander plus à ceux qui en ont déjà peu?

Eux: y sorte tjrs les meme arguments lé carrés rouges; un texte apri par coeur. Criss de gang de cave.

Maintenant ma question du jour: Comment font-ils pour se prendre au sérieux, les “carrés verts”? Ils n’ont généralement absolument rien de bon à dire… ils se plaignent de petits détails quand on les compare à l’avenir de notre patrie, la qualité de vie d’une population entière, face à quoi? Leur propre confort personnel? L’accès à un pont? Une pauvre petite fenêtre du palais des congrès qu’on a cassé? Oooouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh

Excusez-NOUS de briser votre confort du quotidien, gang de capitalistes sales. On comprend, vous êtes biens dans votre ignorance, votre confort matériel, vos nouvelles teintées de mensonges du journal de Montréal…

Je me permets de le dire, ici, sur mon blog que vous ne lirez malheureusement pas: Mangez donc “toute” de la “marde”.


PS: moé kan jfai des fôtes c’est voulu. Parce que “moé” j’ai eu la chance d’étudier et d’y tenir à coeur. Vous dites “Commencez donc à travailler pis on parlera après”, moi je vous dis commencez donc à apprendre… avec une tête sur les épaules, ça irait mieux.